Alan

Et s’il ne s’agissait au bout du compte simplement que de mourir avec un super beau souvenir en tête…

En tout cas, moi j’en ai un.
Moi qui rentre fatigué de ma job, de ma journée, encore aujourd’hui, un peu las d’être moi. Je marche un peu penché, pensant aux tâches encore à accomplir pour conclure la journée.
Je sors du métro, je respire la boucane d’auto et je tourne le coin…

Soudainement, je vois ta silhouette au loin, dans l’ombre dont l’arbre de notre cour inonde la ruelle. Tu es immobile et tu as l’air si grand… J’en perds le souffle. Je te fais un signe de la main.
Alors tu réagis enfin et tu te mets à courir vers moi. Immédiatement, tous les nuages s’éclaircissent. Et en te voyant sortir dans le soleil, courant en shorts, sans chandail ni souliers et les cheveux fous, avec le sourire édenté de tes 6 ans. Tu arrives et me sers en criant «Papa!»
Je te vois enfin rajeunir, et moi de même.

Merci Alan.
Je pourrais mourir en paix dès maintenant de t’avoir connu. D’avoir en moi cette image de toi, courant vers moi en criant «papa!», les bras ouverts.
Alors je te promets que je tenterai d’exister le plus longtemps possible afin de continuer à te connaitre et te voir grandir.  Puis pour aussi t’enseigner le peu de beauté et d’astuces que je sais.

Merci d’exister.












 





 

Advertisements

Laisser un commentaire

Pour oublier votre commentaire, ouvrez une session par l’un des moyens suivants :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :