Couillard, le fédéralisme et nous

Couillard est très précisément la raison pour laquelle il nous faut atteindre l’indépendance.

De Durham à John A. Macdonald, de Jean Lesage à Bourassa, puis à Jean Charest et à Couillard…, toujours en déclin, ce que nous offre le Canada comme partnership cache de plus en plus mal sa volonté d’hégémonie continentale de la langue et des politiques anglaises.  À chaque nouvelle génération de politiciens fédéralistes, la mascarade d’un beau grand Canada où les 2 langues sont autant respectées continue de se dévoiler.  Tandis que la population canadienne cache toujours aussi mal son dédain de la différence culturelle.  Certes, les lois fédérales «protègent nos statuts et nos droits linguistiques»…  Comme si ça avait déjà intéressé quiconque à l’Est ou à l’Ouest, mis à part une élite canado-ontarienne de gauche, sorte de «clique du Plateau» pan canadienne.  Mais ça frustre au contraire tous les autres canadians.

Couillard est le meilleur argument pour l’indépendance du Québec précisément parce qu’il personnifie enfin, dans son incarnation humaine la plus consubstantielle du fédéralisme ottavien, ce provincialisme normatif imposé par le mode intellectuel anglo-canadien : c’est-à-dire le modèle impérialiste anglo-saxon classique.

Couillard incarne le manque de confiance en soi et le désir d’être autre pour exister.  Ce qui est précisément la faiblesse qu’exploite toujours l’impérialisme culturel.  Quand il ne dénonce pas outrageusement le «repli identitaire» dès que nous nous affirmons comme nation.
Fort de ce mandat, Couillard n’incarne tristement que la corruption des plus basses expectatives en nous.  Et ça semble lui suffire maintenant qu’il aura été premier-ministre.  On dirait déjà, dans son détachement, qu’il se prépare à passer à autre chose.

En termes d’aspirations existentielles pour nous, surtout en termes d’aspirations intellectuelles, Couillard n’est qu’un kamikaze fédéraste.  Ses derniers bredouillements, confus et haineux, à propos du Parti québécois et de la CAQ ne démontrent qu’une chose (qu’on savait pourtant déjà depuis son départ du gouvernement Charest et ses autres entreprises) : il n’a aucune empathie morale.

C’est un handicap important et c’est à prendre très au sérieux.  Mais ça disqualifie pas mal quelqu’un d’être premier-ministre d’une nation comme le Québec.

Rationnellement, logiquement, on se dirait que les tactiques libérales canadians ne devraient pas avoir grand impact sur nos vies.  Sauf qu’elles en ont.  Les libéraux, tant du PLC ou du PLQ ne se perçoivent jamais que comme les avant-postes coloniaux de la conquête continentale britannique dans ce dernier territoire: conquis, mais encore incomplètement occupé.

Là où The Gazette de Montréal pouvait plus aisément appeler au meurtre et à la déportation des Canadiens-français il y a quelques décennies, maintenant la tactique a changé.  Selon le bon manuel impérialiste anglo-saxon, il suffit de diviser pour mieux régner.

Ségréguer des «communautés» fictives, les rendre homogames et repliées sur elles-mêmes.  Prôner la transfrontiérisme tout en militant pour le «droit» des individus à toujours plus se définir communautairement.  Encourager les minorités à toujours revendiquer plus, à culpabiliser les majorités, pour enfin récolter tous les fruits de l’indignation dans des buzzwords et autres produits culturels à vendre sous forme de casquettes et de trends à suivre.  Sur Amazon en anglais.

On aurait pourtant pu être quelque chose…  Quelque chose comme un grand peuple.
On ne demande pas beaucoup.  Juste d’exister.  De renouer avec les peuples qui nous ont accueillis ici.  D’occuper ce beau territoire de manière à bien le léguer à nos enfants.  De bien y accueillir les nouveaux arrivants.
D’offrir à nos enfants et à nos descendants une belle culture commune en héritage.

Couillard ne comprend pas ça.  Ni Ottawa.  Ni Justin Trudeau.  Ni le Canada.

Couillard symbolise carrément cette incompréhension de qui nous sommes.






















 

Advertisements

Laisser un commentaire

Pour oublier votre commentaire, ouvrez une session par l’un des moyens suivants :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :