Quand l’antiracisme prône la racialisation et la ségrégation raciale

Ainsi, Louis Morissette serait raciste de vouloir imiter un noir, tout comme les artisans des spectacles Revue et corrigée, ou comme Mario Jean qui imita son ami Boucar Diouf. En fait, ils nous l’ont dit et redit : le Québec est une société foncièrement raciste en ce que des Québécois blancs croient pouvoir imiter quiconque sans tenir compte de sa « race ». (J’utilise le terme avec réticence, le croyant personnellement non seulement problématique mais néfaste.) Que nenni, ces comédiens font, sans le vouloir ni même le savoir, du « blackface comedy ».

Nos militants antiracistes semblent avoir des difficultés à distinguer forme et fond. On se demande si, lorsqu’ils voient des dauphins et des chauves-souris, ils ne les confondent pas avec des poissons et des oiseaux. Parce c’est exactement ce qu’ils font ici en parlant de blackface comedy. Quiconque n’est pas un militant antiraciste postmoderne peut aisément constater que le blackface est une émanation culturelle avec un contenu raciste spécifique, située dans un contexte social et historique bien précis. Dans le blackface comedy qui avait lieu il y a des décennies, principalement en provenance d’une Amérique très ségréguée, on moquait la négritude. C’est collectivement qu’on imitait les noirs pour les dénigrer.
Quand un Mario Jean ou un Louis Morissette se peint le visage en noir, ce n’est pas ça.   Ce n’est ni le procédé ni l’intention du blackface. Ça peut ressembler superficiellement, mais là s’arrête toute comparaison. Ceci parce que l’intention et le contexte comptent quand on cherche à comprendre la signification des actions de quelqu’un. De la part de ces comédiens, c’est au contraire une démarche des plus inclusives puisqu’ils imitent des individus noirs au même titre que des blancs, sans considérer qu’il devrait exister des barrières de races pour déterminer qui a le droit d’agir comment envers qui, ce qui est la définition-même du racisme.

On se demande. Et si c’était Morissette qui avait fait l’imitation de Bugingo plutôt que Brathwaite. Est-ce que sans changer une ligne du texte, par cette seule différence, comme par magie le sketch se serait transformé d’une satire de Bugingo en un dénigrement global de la négritude? Il faut croire que nos militants le pensent.

On se demande surtout ce que cherchent ces militants antiracistes lorsqu’ils nous expliquent que seuls des noirs devraient avoir le droit d’imiter d’autres noirs; puis seuls des Asiatiques imiter des Asiatiques, des Autochtones imiter des Autochtones et ainsi de suite. Il y a un terme pour ça : la ségrégation raciale. La ségrégation raciale comme solution au racisme, il fallait y penser!
Et c’est sans compter le ridicule de la chose, comme l’a révélé le fait d’engager Normand Brathwaite, qui a eu à se peindre le visage plus foncé pour imiter François Bugingo. Plusieurs se sont vite demandé si un mulâtre pouvait imiter un noir, ou alors s’il ne le peut qu’à moitié?…

On se demande par ailleurs en quoi nos militants antiracistes pensent qu’ils vont favoriser les relations interculturelles. En quoi leur action, qui semble surtout consister à exacerber le sentiment victimaire des uns et à forcer une éternelle repentance collective de la part des autres, va-t-elle favoriser des relations et des rencontres plus spontanées, chaleureuses et fraternelles? Au contraire d’une réelle conscience antiraciste qui devrait nous inviter à combattre la perception de barrières et de frontières raciales maintenues artificiellement, ils nous invitent plutôt à « racialiser » toutes nos interactions sociales. Leur version bien particulière de l’antiracisme cherche à consolider la notion de races, et donc le racisme, dans les esprits.
Nous devrons maintenant toujours prendre en compte la prétendue race d’autrui avant de déterminer quoi dire ou quoi faire par rapport à eux. Je le redis, c’est de la discrimination raciale pure et simple. Puis surtout, dorénavant, dans toute situation de rencontres interpersonnelles interraciales, nous devrons avancer anxieusement sur des œufs, en ne sachant jamais laquelle de nos paroles ou lequel de nos gestes pourra être perçu comme une manifestation de racisme parce que ressemblant superficiellement à telle pratique historique et/ou étrangère. Nous nous demanderons en permanence quand l’opprobre et les exigences de séances d’auto-dénonciation à la sauce maoïste nous tomberont dessus depuis les réseaux sociaux, comme cette pétition.  C’est proprement kafkaïen.

Pour terminer, personne ne nie qu’il y ait une sous-représentation des minorités à la télévision, ni que les minorités vivent du racisme au Québec. Une société et sa culture sont un très gros paquebot qui ne change pas de cap en criant ciseaux. Nous évoluons, et généralement dans la bonne direction. Mais nos militants antiracistes n’aident en rien lorsqu’ils proposent — que dis-je, nous intiment! — de pratiquer la discrimination raciale et la ségrégation. Ils aident encore moins quand ils s’acharnent à assassiner publiquement des comédiens qui n’ont rien de raciste, ni dans leur personne ni dans leur travail. Ils font une mauvaise analyse et ne font qu’envenimer les relations.

 


 

PS

Normand Brathwaite, en entrevue à En mode Salvail, s’est indigné de la Ligues des noirs à propos de cette affaire. Il a proclamé que le Québec n’est pas une société raciste et que leur indignation est une importation américaine. Il a surtout demandé :
« Je ne sais pas c’est qui la Ligue des Noirs. J’ai pas voté pour eux. La Ligue des noirs, c’est 4 noirs avec un fax dans un local en quelque part ». (Je cite de mémoire.)

Bien sûr, aujourd’hui, la Ligue des noirs a répliqué que Brathwaite n’est pas un vrai noir, mais un bouffon de service qui n’a jamais vraiment rien fait pour faire avancer la cause des noirs au Québec…  Misère.

Personnellement, je crois que Normand Brathwaite est un Québécois exceptionnel. Ne serait-ce qu’en télé, même sans compter son héritage au théâtre (Pied de poule!) et musical (Larmes de métal!).  Juste en télé, il y a un Québec avant et un Québec après Normand Brathwaite, depuis Beau et Chaud, qui a été une révolution télévisuelle.  Allô Boubou n’est juste plus possible à cause de Normand Brathwaite.  Et La fin du monde est à 7 heures n’a été possible que grâce à Normand Brathwaite.
Depuis Patwice de Chez Denise jusqu’à aujourd’hui avec des émissions phares comme Belle et Bum.  Normand Brathwaite a énormément fait pour la cause des noirs au Québec.
Comme Grégory Charles, comme Didier Lucien, comme Maka Kotto… Comme tous mes collègues haïtiens ou africains à mon boulot aujourd’hui et depuis l’université.  Ils font énormément en participant tout simplement, plutôt qu’en récriminant tout le temps et en essayant de braquer les uns contre les autres à coups de revendications identitaires.

Normand Brathwaite a souvent parlé de sa mère et de sa tante qui ont toutes deux épousé des noirs, à une époque où ça suscitait des regards obliques et des commentaires au Québec. Mais comme il dit lui-même ç’aurait été quasi impossible aux États-Unis à cette époque, d’où provient justement le blackface. Or, aujourd’hui, la moitié des couples de parents que je rencontre tous les jours à la garderie de mon fils sont mixtes. C’est ça le Québec, celui dans lequel des Normand Brathwaite ont normalisé et apaisé les relations interraciales.
Et comme il le souligne enfin, encore aujourd’hui aux États-Unis, les couples mixtes sont problématiques.  Aux États-Unis et dans le monde anglo-saxon, d’où provient toujours le blackface.


























 

Advertisements
1 commentaire
  1. Il faudrait que les Noirs cessent d’être complexés et voient partout du racisme. Personnellement, comme je ne me sens inférieure à aucun Blanc, quand l’attitude de quelqu’un envers moi pourrait être du racisme, je me dis, je suis au Québec, il y a des lois qui me protègent, je me fous bien de son comportement. D’autant plus qu’il y a des compatriotes qui ne m’aiment pas et ont cherché à me faire du tort!

    C’est un très bon article. Très juste.

Laisser un commentaire

Pour oublier votre commentaire, ouvrez une session par l’un des moyens suivants :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :