[Ruminations tardives sur l’éducation]

Je regarde mon parcours familial et académique depuis 42 ans…

Depuis l’école primaire, je réalise que ça n’a pas toujours été le fun. C’était le plus souvent chiant même. Mais les bouts le fun compensaient; comme les fins de semaine et les vacances. Le restant du temps, on nous baragouinait des leçons sérieuses et incompréhensibles, on nous les faisait répéter, on nous les faisait récrire, on nous en donnait en exercices à compléter… C’était chiant. En tout cas, ce n’était pas de la «pédagogie par projets», c’était de la leçon magistrale et autoritaire.

Si on m’avait demandé à quoi ça servait, à 6, à 10 ou à 15 ans, je n’aurais eu aucune idée. Ou alors seulement l’idée de protester contre l’autorité. Je n’aurais pas su à quoi ça servait à ces époques.

Mais je le sais aujourd’hui. Ce sont autant de phrases et de réflexes de pensée qu’ils m’ont imprimés dans le cerveau. C’est une éducation, une enculturation, une formation : c’est un formatage.

Mais c’en est un bon. Parce qu’il en faut un. C’est ça pour moi être Québécois.

Quand je lis le journal, dans mes relations à l’université, au travail, dans la rue, comme cycliste, partout… je m’appuie sur cette connaissance transmise depuis ma famille, puis par tous mes professeurs à l’intérieur comme à l’extérieur de l’école. Les petits réflexes de pensée, les façons de raisonner, les exemples de résolution de problèmes qu’ils m’ont forcés à mémoriser contre mon gré m’ont été plus qu’utiles : ils sont salutaires à chaque instant de ma vie.

C’est un héritage.

L’école ne peut pas faire de tous des diplômés. C’est triste, mais c’est une notion d’égalitarisme sans aucun fondement dans la praxis. Pourtant, au nom de la «lutte au décrochage», on a balancé cette éducation formelle dont j’ai pu bénéficier. Et on a balancé l’éducation spécialisée.
On se plie aujourd’hui tellement aux besoins des «consommateurs d’éducation» que sont devenus les parents, mais que sont aussi les enfants. Puis à la pression des médias, des rumeurs sur Internet, des compressions…

Pour les décrocheurs, il faut revaloriser les métiers. Nous avons d’excellents talents manuels au Québec. C’est visible partout, dans chaque région et jusque dans chaque réserve. Il faut mieux exploiter ce talent, cette ressource qui n’est pas qu’économique, mais une ressource humaine. Il faut l’allier à notre autre grand talent, le génie. Et enfin avec notre capacité manufacturière.

Les temps vont changer bientôt, l’économie deviendra des plus compétitives. Nous devons comme nation créer une marque de commerce. (Genre Ikea, mais en plus cher et en «plus authentique». 😉 )

C’est juste une idée comme ça…

Parce que ce n’est pas vrai qu’on va se laisser engloutir par un capitalisme anglo-saxon impitoyable qui ne cherche qu’à mcdonaliser et à walmartiser tout l’espace. Un capitalisme sauvage qui n’en a cure des langues, des cultures, ni des sociétés distinctes. Tant qu’il y a et un McDonald et un Wendy’s d’implantés côte à côte, c’est la «diversité» en marche.

Si on veut exister, il faut au moins qu’on affirme le faire. D’une manière ou d’une autre.

On doit rééduquer nos jeunes de manière plus stricte. Même si c’est plate pour eux. Il faut leur donner les meilleurs réflexes de pensée que nous ayons : la science, la raison, la pensée critique.
Il faut leur inculquer l’identité québécoise.  Celle qui est faite d’explorations et de métissages, mais avec une farouche volonté d’être républicaine et  française.
Même si c’est plate. Il faut que tous les élèves aient la possibilité d’acquérir cette éducation.

Au lieu, on tente aujourd’hui de faire en sorte que ceux qui n’acquièrent pas ces aptitudes se voient tous remis un diplôme à l’effort plutôt qu’aux résultats.

Enfin bref. Je favorise un retour à une éducation plus formelle. J’aimerais qu’on cesse de paniquer sur les taux de décrochage, puis qu’on trouve à quoi ces gens sont bons et qui serait utile. Qu’on fasse de notre monde une opportunité, un atout.  Qu’on fasse de notre monde une marque dans le monde.

[Fin des ruminations]




















Advertisements

Laisser un commentaire

Pour oublier votre commentaire, ouvrez une session par l’un des moyens suivants :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :